écotourisme

Cet été je ne laisse que les traces de mes pas !

Où est l’écotourisme?

A l’heure du vert on se demande quelles sont les démarches mises en place pour la promotion de l’écotourisme ! Je suis loin de détenir la clé de la vérité mais j’aimerais partager mon ressenti avec vous.

Tourisme de masse, déchets, manque d’éducation, manque d’argent, corruption tous ces facteurs ont défiguré les héritages naturels de notre planète. Alors que les nouvelles de la communauté scientifique et des écologistes sont très pessimistes sur l’avenir de la Terre et que l’on commence tous à ressentir les effets du réchauffement climatique, j’aimerais partager avec vous les règles de base du voyageur éco-responsable pour créer une dynamique vertueuse de préservation de merveilles naturelles de notre planète.

Qui n’a pas rêvé de se retrouver sur une plage de sable blanc, entouré des cocotiers et baignée par les eaux chaudes d’une mer turquoise ?

decherts-barbade

Ah ce n’est pas ça que vous aviez en tête ? Moi non plus !

Je comprends bien que nous partons tous en vacances pour vider nos têtes, pour reposer nos esprits, pour profiter du calme et de la beauté des plus belles destinations de vacances. Cependant, la réalité fait que ces endroits qui nous accueillent pour un week-end, une semaine le temps d’un voyage sont en danger et il est grand temps de passer de la passivité à l’action : adopter l’écotourisme !

Choisir le tourisme éco-responsable à la place du tourisme de masse nous aidera à sortir du mythe pour embrasser la réalité, à ne plus être un simple touriste, sinon un membre de cette nouvelle communauté de voyageurs engagés que moi j’appelle les Sportrotters.

Les règles pratiques des Sportrotters pour ne laisser que les traces de nos pas et être engagé dans une démarche écotourisme
  • Ne pas transformer les endroits qu’on visite en poubelles. C’est-à-dire : Chacun est responsable de ses déchets ! Pour un mégot de cigarette (avec filtre) il faudra 1 à 2 ans avant d’être biodégradé, alors que pour une canette en aluminium il faudra compter environ 200 ans, pour une bouteille en plastique, 400 ans, et pour une bouteille en verre 4000 ans !
  • Sauf si vous voulez laisser des souvenirs de votre passage pour vos arrière-petits-enfants, utilisez les poubelles ! S’il n’y en a pas, tout simplement gardez avec vous tout ce qui n’est pas biodégradable. Et si vous pouvez, faites une réclamation auprès des offices de tourisme ou auprès de votre hébergeur ou restaurateur qui transmettra l’information.
  • Bien choisir sa destination et ne pas succomber aux effets de mode qui poussent tout le monde à aller en même temps au même endroit! Si nous voulons payer pas cher, nous allons souvent avoir du pas cher. L’Asie et l’Amérique Latine sont des continents magnifiques détruits par le tourisme de masse. Préférons payer le juste prix de notre séjour pour aider à préserver le patrimoine naturel de chaque endroit.
  • Comptabilisons nos dépenses de CO2. Pour se rendre à une destination éloignée il faudra surement prendre l’avion. Cependant, sur place, on peut remplacer les déplacements en voiture tourisme par des voyages en bus, train ou pourquoi pas pour les plus sportifs à vélo, rollers ou tout simplement à pied.
  • Participer à des actions solidaires mises en place par les organismes locales. Par exemple journées nettoyage plages, parcs, fonds marins et engageons nous pour la préservation des espèces en voie de disparition.
  • Privilégions les opérateurs locaux éco-responsables pour chaque activité ainsi qu’un aménagement touristique qui préserve les aménités des territoires.
  • Prenons des belles photos de vacances mais aussi des photos de ce qui ne va pas (déchets, tourisme de masse etc) et partageons les sur les réseaux sociaux. Montrons le vrai visage de notre destination qu’on nous a présenté comme un paradis sur terre !
  • Parlons-en à nos amis, à notre famille, à nos enfants pour sensibiliser. Si on a décrété que certains endroits était plus beaux que d’autres on peut aussi décider de boycotter les endroits qui ne font rien pour préserver leur patrimoine. Faisons passer le message pour réussir à conserver ce qui reste de la biodiversité de Planète.
  • Lors de sorties en nature il faut s’équiper en pensant qu’il ne faudra rien laisser derrière soi. Cela se traduit par un sac contenant des produits biodégradables donc, pas de sacs plastique, pas d’emballages superflus, pas de canettes ou bouteille en plastique, sauf si nous allons tout ramener avec nous.

Les îles de rêve sur lesquelles on passe nos vacances ou les parcs naturels n’ont pas la possibilité de recycler tous nos déchets donc ils deviennent des énormes poubelles qui, au fil du temps, auront perdu tout intérêt touristique.

Je sais on se dit tous, tant pis, on en trouvera d’autres ! Mais il faut penser que la Terre n’est pas infinie et que tôt ou tard il n’y aura plus rien à visiter et surtout il faut penser à tous les habitants de ces coins du monde qui vivaient dans un Paradis sur terre jusqu’à ce que nous venions pour inconsciemment tout détruire.

Soyons généreux et rendons aux endroits où nos pas nous porteront notre attention et notre amour pour préserver la beauté et la richesse naturelle du monde. Et une fois de plus, essayons de ne laisser rien d’autre que les traces de nos pas !

Et vous? Quelles sont vos actions pour adopter une démarche éco-Sportrotter impliqué dans l’écotourisme !

Si vous avez aimé aidez-nous à partager le message, un pti coup de pouce avec un like sur Facebook !

2 réflexions sur « Cet été je ne laisse que les traces de mes pas ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *