Eco-volontariat avec les Big 5

Pays : Afrique du Sud
Activité de plein air : éco-volontariat
Classement éco-tourisme : écotourisme-4-SOL

Vous avez toujours rêvé d’approcher des éléphants, girafes et autres animaux de la savane africaine de plus près ?

wildlife-volunteering-program

rhinoceros

Pour cela, nous vous proposons une autre forme de tourisme : laissez vous tenter par un éco-volontariat.

volunteer-africa

Cela consiste à donner de son temps, de son énergie (et souvent de son argent) pour aider à la conservation de la faune et/ou flore locale.

La plupart du temps, le logement et les repas sont couverts. Vous serrez donc entourés des animaux plus ou moins sauvages tout au long de votre journée avec parfois des rencontres étonnantes.

GIRAFFE-TIRE-LA-LANGUEi

comment-trouver-volontariat-animaux

Nous avons choisi d’êtres volontaires dans une réserve en Afrique du Sud avec l’organisme Umkhondo Big 5 à quelques kilomètres de Mossel Bay et 3 heures de route du Cap. En plus cette région a l’avantage d’être une zone impaludée.

buffalo

Afin de vous décrire notre expérience, nous allons vous raconter une journée type.

Après le petit déjeuner, l’on quitte la maison vers 7.15 à bord de la jeep du volontariat pour aller à la recherche des deux guépards qui évoluent librement dans la réserve. Ils sont équipés d’un transmetteur qui permet de les localiser.

volontariats-afrique

ceetah-volunteer-program

Par contre, ce n’est pas toujours chose aisée car ils se cachent parfois dans les ravins ou dans les buissons. Avec un peu de chance, vous pourrez même les voir chasser. Une fois que vous les aurez trouvés, vous pourrez les observer librement et examiner leur forme afin de voir s’ils ne sont pas blessés et s’ils ont assez chassé.

jaguar

jaguar-afrique-du-sud

Ensuite, toujours à bord du 4×4, la mission suivante est de recenser le nombre de zèbres qu’il y a dans la réserve (en comptant les mâles et les femelles). L’on apprend tout d’abord comment les différencier et l’on quadrille la réserve afin de ne pas en oublier.

zebres-mimi

Lors de cette activité, il n’est pas rare de tomber nez à nez avec un rhinocéros ou une autruche qui bloque la route.

rhinocéros

autruche-volontariat-afrique

Chaque jour, vous devrez recenser une ou plusieurs nouvelles espèces et cela vous permettra d’apprendre beaucoup de choses sur les animaux.

hypopotame

Après une petite pause pour prendre le thé en plein milieu de la réserve, la mission suivante est certainement la moins drôle car chaque jour, il faut faire des travaux physiques (désherbage, contrôle de l’érosion …). Cependant, c’est un des seuls moments ou vous serrez autorisés à descendre du 4×4 et parfois certains animaux viennent vérifier si vous travaillez bien ;).

conservation-volunteering-program

Le repas est pris au restaurant de la réserve puis la première mission de l’après-midi consiste à vérifier si la clôture électrifiée n’a pas été abîmée par des animaux. Cette mission est parfois compliquée car le ou les endroits défectueux sont parfois difficiles à localiser.

umkhondo-volunteer-program

Ensuite, l’on mettra en place les caméras afin de pouvoir étudier les animaux nocturnes.

La dernière mission de l’après midi sera de nourrir les guépards, en effet, certains sont enfermés car ils on été recueillis par les volontaires et n’ont pas appris à chasser par eux même.

ceetah

D’autres soirs on nourrit les éléphants ou on apprend à approcher des animaux sauvages à pied.

feeding-the-elephant

elephants

Le retour à la maison des volontaires (qui est situé dans la réserve-même) se fait vers 17 h. La soirée est passée avec les autres volontaires autour du repas, d’un bon film ou de la table de billard.

Les plus :

On peut vraiment voir de nombreux animaux de très près et prendre le temps de les observer.

crocodile-south-africa

On apprend vraiment beaucoup de choses sur tous ces animaux et sur le fonctionnent d’une réserve privée.

C’est super aventure de vivre au milieu de la réserve et chaque trajet se transforme en safari.

volontariat-animaux

Les moins :

Il faut passer beaucoup de temps (parfois plus de 7 heures par jour) dans un 4×4 sur des terrains très accidentés.

Lors de notre volontariat, la réserve sur laquelle on travaillait n’avait pas besoin de beaucoup de travail de conservation donc on ne se sentait pas toujours très utiles.

Nous n’avions pas le droit d’aller dans la partie dans laquelle les lions étaient enfermés.

lion-safari

Nous avons compris que dans les réserves privés les animaux dites sauvages ne sont pas vraiment sauvages…(très décevant)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *